Origine

museumi sawayamaLe nippon kenpō ou nihon kenpō 日本拳法 est un art martial japonais. Kenpō est un mot japonais qui signifie « méthode du poing » (拳 ken = poing, 法 pō = méthode). Nippon kenpō signifie donc « méthode du poing du Japon ».

Le professeur Sawayama Masaru Muneumi fonda le nippon kempō en 1932. Il élabora sa méthode et pris modèle sur les protections du kendo ainsi que sur leurs exercices d’entraînements. C'est donc à partir de 1934 qu’il dirige des exercices de combat avec protection, il inclut également des techniques de coup, des projections et des clefs, compte tenu de sa formation en judo et karaté. Le premier tournoi de Nippon Kempo eut lieu à Osaka en 1936.

Puis la guerre sino-japonaise éclata ; en 1940 il fut mobilisé en Chine. Durant son séjour, il s’intéressa aux arts martiaux chinois, C’est grâce à cette rencontre que son style adopta des techniques plus souples avec des mouvements circulaires. Puis vers 1953 il organisa une démonstration de nippon kenpō au centre de Tōkyō, avec ses soixante-dix élèves, ce qui causa une sensation dans le milieu des arts martiaux. Plusieurs universités adhérèrent aussitôt. En 1954 le nippon kenpō fut adopté comme discipline officielle par l’université du Kansai.

De nos jours les trois principales grandes villes dans lesquelles le nippon kenpō progresse au Japon sont Ōsaka, Tōkyō et Nagoya. Le nippon kenpō est pratiqué dans plus de cent universités, cinquante écoles supérieures,cent clubs, dans l'armée et la police. De nos jours, il y a environ trente mille personnes qui pratiquent le nippon kenpō au Japon.

En France


Le Nippon Kempo fait son apparition en France au judo club de Saint-Dié en mai 1984.

Un des anciens élèves de ce club, Armand Santambrogio, y fait une démonstration de cet art qu’il a découvert par hasard, en visitant un dojo japonais.

La prestation séduit immédiatement les spectateurs. Parmi eux, un certain professeur de judo nommé Ali Zoubiri professeur de judo depuis 1981, s’intéressa à cet art jusqu’alors inconnu en France et ouvrit une section de Nippon Kempo au sein du judo club de Saint-Dié.

En 1991, Ali Zoubiri en compagnie de ses élèves Stéphane Vandini, Rachid Bensalah et Alexis Ulmer décidèrent de fonder une véritable association Française de Nippon Kempo ( l’A.N.K.F ) qui devint l’ambassadrice de ce sport, non  seulement en France, mais aussi à travers le monde...

Des liens se sont tissés, d’abord en Italie où l' A.N.K.F rencontre également des Suisses. En 1994, Ali Zoubiri le président de l' A.N.K.F prit contact avec l’association RENMEI de Tokyo, et s'y affilia.

L' Association Nippon Kempo France et Ali Zoubiri devinrent donc les représentants officiels de la fédération RENMEI en France. Puis d'autres liens se sont également tissé en Grande Bretagne, aux USA, au Mexique, en Algérie, à la Réunion où Alexis Ulmer est parti s’installer et y ouvrit des dojo, ainsi qu'en Russie et en Espagne.

Actuellement, les kenpōka les plus expérimentés, enseignent à leur tour le nippon kenpō dans différents clubs.

De nouveaux professeurs se sont intéressés à cette discipline et ont créé d'autres sections et c'est ainsi que le nippon kenpō a continué à se développer dans le grand Est de la France puis dans d'autres régions du territoire.